Retour sur événement : Physique quantique et bouddhisme

 

Le dimanche 15 mai dernier a eu lieu une journée exceptionnelle, tenue dans le cadre du programme “Science et bouddhisme”. Lors de cette journée interactive qui a réuni de nombreux participants sur place et en distanciel, Michel Bitbol, chercheur au CNRS et Vénérable Gyaltsen ont échangé sur la nature de la réalité. Vénérable Gyaltsen revient sur cet événement (propos recueillis par Franck).

 

IMG 1891- Pourquoi as-tu accepté ce projet de rencontre avec Michel Bitbol ?

 

Quand Arnaud m'a proposé de faire un cours sur la science et le bouddhisme, il m'a demandé si j'avais une idée à propos d’une personne à inviter. Je me rappelais d'une rencontre du Mind and Life Institute avec Sa Sainteté le Dalaï-Lama pendant laquelle Michel Bitbol était intervenu sur le sujet de la physique quantique. J'avais été très enthousiaste de voir cet échange. Je savais qu'il enseignait à Paris et j’ai donc pensé à lui. Arnaud a réussi à le contacter et finalement nous avons pu faire cette rencontre. J'ai accepté ce projet de par l'inspiration de Sa Sainteté qui effectue des rencontres avec la science depuis plusieurs décennies. Je trouve ces échanges très enrichissants et également bénéfiques pour ma pratique, dans le sens où l'on peut aborder certains sujets communs sous un angle différent.

 

- Es-tu particulièrement intéressé par la notion de vacuité ?

 

Oui, c'est une notion fondamentale dans le bouddhisme, la clé de la libération de la souffrance et de la pacification des perturbations mentales. Tout en étant basée sur la raison, la vacuité permet au pratiquant d'avoir un antidote à toutes les perturbations mentales sans exception.

 

IMG 1898- Comment as-tu préparé l'animation de cette journée ?

 

J'ai réécouté le dialogue que Michel Bitbol avait effectué avec Sa Sainteté et j’ai relu le livre de Sa Sainteté intitulé “Tout l'univers dans un atome”.

 

- A-t-il été facile de concilier l'approche scientifique et l'approche bouddhiste ?

 

C'est encore un challenge pour moi car je ne suis pas très habitué à ce type d’échanges. Pour que le dialogue puisse se faire correctement, j’ai eu besoin d’un peu de temps pour comprendre le positionnement de l’intervenant qui parlait au nom de la science, mais au fur et à mesure je me suis senti plus à l'aise et j’ai apprécié énormément ces échanges.

 

- Quel bilan fais-tu de cette journée ?

 

Comme le disent nos maîtres, le critère le plus important est de se demander si c'est bénéfique aux personnes qui écoutent l'enseignement. J'ai eu des retours assez positifs et je suis heureux que l'on ait pu offrir cela. Il est toujours intéressant de présenter des aspects du bouddhisme dans un contexte différent. En particulier, j'ai aimé les nombreux échanges qui ont facilité notre compréhension de la nature de la réalité.