Le périple de Guru Rinpoché à Saint-Cosme en Vairais : la suite !

 

Effervescences au Centre de retraite… Après la mémorable sacralisation de la statue de Guru Rinpoché, place à sa pose sur le ponton. Et cela n’a pas été une mince affaire. Voici un diaporama exclusif !

À l’origine de cette statue…

received 743119507062677

Padmasambhava au centre de retraite, c’est une aventure qui a duré 18 mois. Au départ, Vénérable Élisabeth a cherché avec “Fran”, une moniale vivant près de Katmandou, un artisan pouvant créer la fameuse statue. Après avoir trouvé le professionnel, la conception de la statue du grand maître tibétain a été émaillée de difficultés, parfois assez drôles. Ainsi, il est apparu que les unités de mesure en vigueur au Népal n'étaient pas standards mais spécifiques au pays ! D'où un certain nombre de confusions... et d'allers et retours d'information entre la France et le Népal !

En parallèle de la construction de l’ouvrage, le monastère de Kopan a pris en charge la fabrication des rouleaux de prière à insérer à l’intérieur de la statue. Le tout a enfin pu partir en direction de l’aéroport de Roissy, où les douanes n’ont pas manqué de faire de rigoureuses vérifications avant de la laisser partir pour sa destination finale.

Arrivée de la statue

La sacralisation

Nous vous avons déjà fait part du rituel dont vous pourrez retrouver le détail à cette adresse. Voici quelques compléments :

 

received 358475352684377

received 365108352293779

 

Les rouleaux de prière et leur remplissage à des endroits précis de la statue

 

IMG 20220319 WA0006received 251495827182022

La cérémonie de sacralisation animée par Guéshé-la et Vén. Tenzin Pemba

 

received 1039889439932091received 704428537574230

Et des bénédictions de l’ensemble du centre de retraite

 

La création du ponton

 IMG 2286IMG 22921002

Pour des raisons techniques, il n’a pas été possible de placer la statue au centre de l’étang. Notre enseignant François Schick a proposé la création d’un ponton, ce qui a été possible en faisant appel à une entreprise spécialisée. Mais il est apparu à posteriori que le ponton ne pouvait pas supporter le poids de la statue : 250 kg quand même ! Le ponton a donc été modifié, et on a aussi rajouté un trône pour recevoir le socle.

 20220419 08580420220419 085503

 

 

 

 

 

Le transport vers le lac

 20220419 09051820220419 085240

Pour faire quelques dizaines de mètres, il faut parfois être nombreux et… véhiculé ! Ho hisse ! En plusieurs étapes, la statue a été placée sur le camion, en direction de sa demeure finale.

20220419 09065220220419 091008

 

La pose sur le trône

 20220419 09104120220419 094308

Les éléments constitutifs de cette magnifique statue ont été placés successivement et avec beaucoup de soin. D’abord, le socle, puis la statue elle-même, pour finir par les accessoires et attributs de Padmasambhava. 

20220419 09460120220419 094701

 


Le résultat grandiose

 IMG 20220420 WA0000

Quand on est placé face à la statue de l’autre côté de l’étang ,on reste sans voix face à cet ouvrage aussi magnifique qu’impressionnant. La nouvelle statue de St-Cosme ainsi que la personnalité de Guru Rinpoché forcent le respect. L’équipe du Centre Kalachakra présente sa gratitude pour l’ensemble des intervenants qui ont pu rendre possible cette merveille : donateurs, fabricants, transporteurs, bénévoles en France et au Népal… Nous sommes aussi très reconnaissants vis-à-vis de Guéshé-la et de Vénérable Tenzin Pemba pour leur grande application dans les cérémonies de sacralisation et de bénédiction.

 

OM AH HOUNG BENZA GOUROU PEMA SIDDHI HOUNG

 

IMG 20220420 WA0006

Rencontre avec Philippe David

 

Philippe David guide de nombreuses retraites de Vipassana dans notre centre de Saint-Cosme depuis quatre ans. Il s’apprête à en animer une prochaine du 23 avril au 1er mai. Il nous raconte son parcours de méditant.

 

20220411 181652 resizedPourquoi vous êtes-vous intéressé à la méditation ?

Vers l’âge de 35 ans j’ai commencé à me tourner vers la spiritualité à travers des lectures. Il y avait chez moi une souffrance omniprésente et très profonde, ainsi qu’un constat d’insatisfaction et de frustration. J’étais attiré par les valeurs bouddhistes telles que la compassion, la générosité, la sagesse, l’amour… et j’étais ému chaque fois que je voyais le Dalaï-Lama à la télévision. J’ai compris plus tard que c’était déjà une purification qui s’enclenchait.

Je me suis nourri de lecture comme Alexandra David-Néel, Pema Chödron et autres, mais aussi Eckhart Tolle ainsi que des ouvrages liés au développement personnel, qui fleurissent dans les librairies, sur des thèmes comme « prendre la parole en public sans avoir peur », « ne soyez plus timide »…

Des réflexions sur le fait que notre bonheur ne peut venir que de nous-mêmes m’ont amené vers cet exercice solitaire de la méditation. Il m’a fallu plusieurs années de lectures pour m’inspirer. J’avais 40 ans, et cela correspondait avec la séparation d’avec ma compagne et de mes  enfants. Cela a remis des choses en question : j’avais une certaine perception de moi-même et, confronté à l’évènement, je me suis rendu compte que je ne me connaissais pas ! J’ai donc décidé qu’à partir de ce moment, je travaillerais sur une question : qui suis-je ?

J’ai commencé par me poser et m’asseoir. C’était déjà bien, il y avait l’appel de l’intérieur. Or, je ne savais pas si c’était de la méditation que je faisais, alors je me suis mis à chercher des centres où je pouvais apprendre à méditer.

 

Pourquoi avoir choisi le centre Kalachakra ?

J’avais l’impression que c’était un centre fait pour les occidentaux. Les programmes me semblaient beaucoup plus ouverts et éclectiques qu’ailleurs. Dans les autres centres que j’ai visité, je ne comprenais pas de quoi l’on parlait. Les valeurs du bouddhisme m’attiraient mais je ne me retrouvais pas dans les programmes, avec tous ces mots tibétains, sans traduction, cela me paraissait destiné à des initiés. J’ai donc choisi de suivre un atelier de méditation à Kalachakra pour voir si je m’y prenais bien dans mes débuts à la maison... C’était en 2009.

J’avais, à ce moment-là, la compréhension que j’étais envahi de pensées et voulais sortir de cela. Je voyais un peu que c’est ce qui me rendait malheureux. Je ne voulais pas suivre d’enseignement car pour moi cela ramènerait des pensées sur mes pensées, et que donc cela n’allait pas me soigner… Et j’avais lu tant de livres, il était temps de me mettre à la pratique !

Sur le programme papier, j’ai vu un week-end d’introduction à Vipassana et me suis dit « c’est ça qu’il me faut ! » Je ne savais pas exactement de quoi il s’agissait, mais ce n’était pas analytique. J’y suis allé et j’ai enchaîné sur une première retraite en février 2010. 

 

Comment s’est passée cette première retraite ?

La première partie fut très difficile. Je sentais une très grande colère et le silence m’empêchait de l’exprimer. Je voyais des mantras à table, l’enseignement du soir auquel je ne comprenais rien… On m’avait dit que c’était non conceptuel, et je me retrouvais face à ce langage bouddhiste, comme fermé, incompréhensible. Puis on a abordé l’impermanence des perturbations, et j’ai vu l’impermanence de la colère. Alors, je l’ai vue disparaître... et j’ai ressenti une grande joie. C’était très important pour moi, ça représentait la liberté!

 

Vipassana est devenue votre pratique ?

Oui, j’ai entrepris une pratique quotidienne dès 2010 et je fais au moins une retraite par an depuis. La pratique permet de voir si l’on est dans les clous. Par exemple, je me suis rendu compte au bout de quelque temps que je n’étais pas du tout en recul. J’étais plutôt dans l’analyse du pourquoi et du comment, mais la pratique étant installée, ce genre de compréhension me portait et me nourrissait.

Peu à peu, j’ai noté une simplification dans mon rapport avec les choses. Avant, je remplissais mon agenda d’occupations pour ne pas être en contact avec moi-même. A force de voir comment l’esprit fonctionne, l’on peut éviter de nourrir l’ego, et ainsi diminuer la souffrance.

Vipassana, c’est aussi une remise en question de notre zone de confort. J’ai donc décidé de suivre des retraites dans d’autres lieux, dans des environnements inconnus qui me faisaient travailler d’autant plus. Le fait d’entendre différentes façon de guider ou des mots différents m’a apporté une compréhension plus effective de cette pratique. Et puis je suis passé à Mahamoudra qui traite de conscience sans objet, tandis que Vipassana demeure dans la conscience avec objet. Le Mahamoudra, c’est l’amour, c’est un cheminement où les perturbations ne sont pas abordées de la même manière.

 

Vous guidez des retraites au centre de Saint-Cosme en Vairais…

Oui en effet, depuis février 2018. C’est une chance de partager la pratique de Vipassana ou de Mahamoudra. Le fait de guider a fait bouger beaucoup de choses chez moi, et cela m’a focalisé sur une compréhension liée à l’esprit d’Éveil. C’est ainsi que j’ai décidé d’intégrer le PEBA [Programme d’Études Bouddhiques Approfondi]. J’avais échangé à ce sujet avec Jean-Jacques, et il est vrai que suivre des enseignements aide ensuite à diriger la pratique, donner davantage d'explications dans un cadre bouddhiste. Je donne facilement l’éclairage laïque, mais il est important de donner les deux. À mon sens, chacun doit pouvoir trouver ce qui lui correspond, afin de ne pas générer de frustration. Les retraites sont importantes, car les compréhensions que l’on y puise nourrissent la pratique par la suite, et elle peut ainsi se renforcer et s’installer dans la vie quotidienne.

 

Propos recueillis par Laëtitia Di Stefano






 

Au cœur du printemps, les activités du Centre fleurissent !

 

roue

 

Voici les programmes à ne pas manquer dans les semaines à venir :

- Michelle Le Dimna guide une retraite pendant le week-end de Pâques (du 15 au 18/04) dont le thème est "Faire de son esprit un océan", afin de nous inspirer dans notre pratique sur la base du livre de Lama Yéshé du même titre. Plus d'informations et inscription ici : https://reservation.centre-kalachakra.com/product/299

- Le même week-end (du 15 au 18/04), vous pouvez faire une retraite sur le thème de la sadhana du bouddha de la médecine, ou pour avoir l'opportunité de pratiquer cette déité. Plus d'informations ici et inscription ici : https://reservation.centre-kalachakra.com/product/310

- Vénérable Gyaltsen guide une mini-retraite d'une journée à Paris, pour nous aider à approfondir notre pratique de la méditation, le dimanche 17 avril. Plus d'informations ici : https://www.centre-kalachakra.com/calendrier/615-meditation-sur-la-voie-4

-  Philippe guide une retraite de Vipassana du 23 avril au 1° mai à Saint-Cosme. Inscription et information ici : https://reservation.centre-kalachakra.com/product/300

-  Samedi 30 avril, Vénérable Denyeu (Elio) guide une journée de pratique de purification sur la base de Vajrasattva. C'est une super occasion de s'approprier ou d'approfondir cette pratique, car Lama Zopa Rinpoché nous dit que nous serions fou de ne pas la faire quotidiennement, afin de purifier notre karma et éviter qu'il s'accumule ! Ce sera sur place uniquement. Information ici : https://www.centre-kalachakra.com/calendrier/642-pratique-de-purification

- Le Centre accueille une nouvelle rencontre inter-religieuse le 1°mai de 15h à 18h. Plus d'infos ici : https://www.centre-kalachakra.com/calendrier/618-la-fontaine-aux-religions-12

- Vénérable Gyaltsen guide une retraite de calme mental du 2 au 8 mai. Inscription et information ici : https://reservation.centre-kalachakra.com/product/304

-   Guéshé Dakpa enseigne le 7 mai au sujet de la pratique de Tchenrezig que Sa Sainteté le Dalaï-Lama a écrit dans sa jeunesse. Comme cela avait été le cas pour les journées sur Vajrasattva et le bouddha de la médecine, c'est une extraordinaire opportunité d'apprendre dans le détail comment pratiquer les sadhanas. Plus d'informations ici : https://www.centre-kalachakra.com/calendrier/644-pratiquer-la-sadhana-de-tchnerezi

-  Mardi 12 mai, Guéshé Dakpa poursuit l'enseignement du programme "Sagesse du Coeur", centré sur la manière de transformer les différents problèmes que l'on rencontre. Cette fois, il s'agira de transformer les difficultés familiales. Plus d'infos ici : https://www.centre-kalachakra.com/calendrier/383-de-vos-problemes-a-la-sagesse-2?date=2022-03-15-19-30

Arnaud

Le programme du Centre Kalachakra du 16 avril au 15 mai 2022

 

Programme avril mai KI page 0001