Le trait d'esprit de Franck - été 2022

 

La méthode précise qui m'a libéré de mauvais penchants

 

Comment mettre fin aux mauvaises habitudes, à tous ces comportements qui se déclenchent de manière automatique, et que nous finissons par regretter amèrement ? En ce qui me concerne, une méthode a naturellement germé grâce aux graines des enseignements qui ont été semées en moi... Elle m'a permis de me libérer de quelques lourdes chaînes, et je souhaiterais partager mon expérience et le processus en plusieurs étapes. Je prendrai comme exemple très précis l'arrêt définitif de la cigarette électronique. Bon débarras, la vape (et le reste) !

 

franck 0921 3


1. Laisser faire et observer

 

J'ai commencé par ne pas changer d'un iota l'utilisation de ma clope digitale. En revanche, je me suis mis à ajouter un regard attentif sur cet objet ainsi qu'aux sensations éprouvées lors de l'utilisation. Je me suis posé des questions, sans forcément chercher à y répondre : Qu'est-ce que tu es, cigarette électronique ? Pourquoi est-ce que je mets ton embout dans ma bouche, pourquoi est-ce que j'appuie sur le bouton et pourquoi est-ce que j'aspire en même temps ? Est-ce donc moi qui permet que cette fumée envahisse mes poumons, engendre ces sensations puis sorte de mon corps ? 

 

Ce type de questionnement en temps réel a fait évoluer ma perception de cette pratique... Il n'y a pas eu de jugement, simplement une qualité de présence, neutre mais aussi tolérante, bienveillante, ouverte.

 

2. L'arrivée d'un doute

 

Les jours et les semaines ont passé, et j'ai commencé à ressentir un peu d'amertume, de gêne à utiliser le produit : franchement, mais qu'est-ce que j'ingurgite ? 

Lentement, un processus s'est mis en marche, et mon comportement a commencé à être teinté de lassitude, de dégoût. 

 

3. Tout ceci est anormal, alors je réduis... et j'arrête

 

Une idée de plus en plus claire de la nocivité du produit m'a fait diminuer progressivement la "vape", ressentie de plus en plus comme anormale. Et naturellement, cela s'est mué en un arrêt total. 

 

Depuis, je n'y ai pas retouché. Seuls quelques moments de fragilité mentale m'ont donné envie de reprendre le produit. Mais comme ils ont été éprouvés pleinement, j'ai pu voir le piège que me tendait l'ego. L'arnaque était grossière, et du coup je n'ai pas cédé.

 

 

Franck 

 

 

 

Prochaine étape à Saint Cosme : la construction de deux chalets

 

Image 01 002 Light minLe centre de retraite de Saint Cosme en Vairais est aujourd'hui un lieu bien implanté dans son environnement et pleinement dédié à la pratique du dharma. En douze ans, il a accueilli plus de 2500 personnes et de grands maîtres y ont donné des enseignements. Lama Zopa Rinpoché a béni le centre sur place lors de son inauguration en 2008. Aujourd'hui, un stoupa kadampa et une statue de Padmasambhava contribuent à bénir le centre quotidiennement.

 

Vu le succès du centre de retraite, la nécessité d'étendre sa surface s'est fait sentir, et une parcelle supplémentaire a été acquise en 2016. C'est à la limite de ce nouveau terrain que notre projet de deux maisonnettes indépendantes de 20 m² environ va se concrétiser. Elles ont tout le confort nécessaire et respectent les dernières avancées écologiques. Elles seront construites dès le mois de septembre 2022, le permis de construire venant d'être accordé. Le coût de 20 000 euros pour chacun des chalets a été couvert à hauteur de 11 000 euros grâce à vos dons ainsi qu'à un don de la FPMT, la "boite de mérites". Toute nos gratitudes pour votre aide si précieuse envers un projet béni par Lama Zopa Rinpoché et qu'il a nommé « village de liberté ».

 

Le mois de septembre sera donc très actif avec des travaux en continu... et nous accueillons toutes les bonnes volontés pour favoriser ces magnifiques améliorations. La photo est une illustration.

 

 

Retour sur événement : Physique quantique et bouddhisme

 

Le dimanche 15 mai dernier a eu lieu une journée exceptionnelle, tenue dans le cadre du programme “Science et bouddhisme”. Lors de cette journée interactive qui a réuni de nombreux participants sur place et en distanciel, Michel Bitbol, chercheur au CNRS et Vénérable Gyaltsen ont échangé sur la nature de la réalité. Vénérable Gyaltsen revient sur cet événement (propos recueillis par Franck).

 

IMG 1891- Pourquoi as-tu accepté ce projet de rencontre avec Michel Bitbol ?

 

Quand Arnaud m'a proposé de faire un cours sur la science et le bouddhisme, il m'a demandé si j'avais une idée à propos d’une personne à inviter. Je me rappelais d'une rencontre du Mind and Life Institute avec Sa Sainteté le Dalaï-Lama pendant laquelle Michel Bitbol était intervenu sur le sujet de la physique quantique. J'avais été très enthousiaste de voir cet échange. Je savais qu'il enseignait à Paris et j’ai donc pensé à lui. Arnaud a réussi à le contacter et finalement nous avons pu faire cette rencontre. J'ai accepté ce projet de par l'inspiration de Sa Sainteté qui effectue des rencontres avec la science depuis plusieurs décennies. Je trouve ces échanges très enrichissants et également bénéfiques pour ma pratique, dans le sens où l'on peut aborder certains sujets communs sous un angle différent.

 

- Es-tu particulièrement intéressé par la notion de vacuité ?

 

Oui, c'est une notion fondamentale dans le bouddhisme, la clé de la libération de la souffrance et de la pacification des perturbations mentales. Tout en étant basée sur la raison, la vacuité permet au pratiquant d'avoir un antidote à toutes les perturbations mentales sans exception.

 

IMG 1898- Comment as-tu préparé l'animation de cette journée ?

 

J'ai réécouté le dialogue que Michel Bitbol avait effectué avec Sa Sainteté et j’ai relu le livre de Sa Sainteté intitulé “Tout l'univers dans un atome”.

 

- A-t-il été facile de concilier l'approche scientifique et l'approche bouddhiste ?

 

C'est encore un challenge pour moi car je ne suis pas très habitué à ce type d’échanges. Pour que le dialogue puisse se faire correctement, j’ai eu besoin d’un peu de temps pour comprendre le positionnement de l’intervenant qui parlait au nom de la science, mais au fur et à mesure je me suis senti plus à l'aise et j’ai apprécié énormément ces échanges.

 

- Quel bilan fais-tu de cette journée ?

 

Comme le disent nos maîtres, le critère le plus important est de se demander si c'est bénéfique aux personnes qui écoutent l'enseignement. J'ai eu des retours assez positifs et je suis heureux que l'on ait pu offrir cela. Il est toujours intéressant de présenter des aspects du bouddhisme dans un contexte différent. En particulier, j'ai aimé les nombreux échanges qui ont facilité notre compréhension de la nature de la réalité.

 

 

 

Le billet de la directrice - été 2022

 

11Chers amis du Dharma,

Cette année, la célébration des trois grandes étapes de l'existence du Bouddha Shakyamuni (sa naissance, son Éveil et son parinirvana) est célébrée le 14 juin.

Cet événement est appelé Shaka Dawa, et il a toujours lieu lors de la pleine lune du 4ème mois du calendrier tibétain. Dans les autres traditions bouddhistes le calendrier lunaire est légèrement différent, et la date coïncide avec une autre célébration appelée Vesak. Finalement, cela importe peu car nous suivons tous le même guide, le Bouddha Shakyamuni. 

Shaka Dawa signifie « multiplication des mérites ». Chacun fait de son mieux pour développer les qualités prônées par le Bouddha dans ses enseignements, le Dharma. Ce mois-ci en particulier, essayons de pratiquer davantage de compassion, de générosité et d'attention à notre monde intérieur.

Sans nul doute, la méditation sur les avantages de l'amour et les désavantages de la colère est vraiment bénéfique. Ça marche ! Si votre méditation est quotidienne, vous constaterez que votre propension à vous mettre en colère diminuera.

Excellent été... et bonnes retraite à tous !

 

Élisabeth