Paroles de Maîtres

 

Sa Sainteté le Dalaï-Lama prit la parole en disant :

« Aujourd'hui, nous ne sommes pas en contact direct mais grâce à internet, nous avons la possibilité de nous voir et de nous parler. Toutes les religions transmettent un message de compassion et soulignent l'importance de la chaleur du cœur, de la tolérance, du contentement et de l'autodiscipline. De nombreuses religions croient en un Dieu créateur et font le constat qu'en tant qu'enfants de ce Dieu, tous les êtres humains sont frères et sœurs. Et puis il existe aussi des traditions non théistes, principalement en Inde, qui considèrent l'amour bienveillant comme la plus précieuse des qualités humaines.

Les scientifiques observent que nous, les êtres humDL prayingains, sommes des animaux sociaux avec un sentiment de grande responsabilité pour notre communauté, car notre survie même dépend du bien-être de celle-ci. Veiller à son bien-être est l'un des meilleurs moyens de satisfaire notre propre intérêt.

Dans ce contexte, les scientifiques portent une attention plus soutenue à ce que l’on doit faire pour développer la paix de l’esprit. Un des facteurs à considérer est d’arriver à comprendre que ce sont les obstacles internes, les émotions perturbatrices comme la colère, qui perturbent notre paix de l’esprit. Lorsque la colère surgit, votre paix intérieure s'évanouit. Toutefois, l’antidote à la colère est la compassion.

Depuis des milliers d'années, l'Inde préserve une tradition de non-violence, de retenue pour ne pas causer du tort, soutenue par karouna, ou compassion, et le souci du bien-être d’autrui.

Dans la tradition bouddhiste, nous ne nous appuyons pas sur la foi pour cultiver la compassion et la paix de l'esprit, nous utilisons la raison. Nous suivons le conseil du Bouddha de ne pas accepter ses paroles au pied de la lettre, mais de les examiner et de les tester comme un orfèvre teste l'or. En conséquence, les disciples du Bouddha en Inde et plus tard au Tibet ont préféré adopter une approche logique et investigatrice – ce qui correspond à la méthodologie scientifique.

Parce que le Bouddha enseignait à des personnes avec des prédispositions mentales différentes, à des moments et des endroits différents, nous devons examiner ce qu'il a enseigné et l'évaluer. Les grands professeurs de l'université de Nalanda qui sont venus après Nagarjouna firent une distinction entre les enseignements du Bouddha qui pouvaient être acceptés comme définitifs et ceux qui nécessitaient une interprétation.

Depuis le VIIIe siècle, après que le roi tibétain Trisong Détsèn ait invité au Tibet un éminent chercheur de l'université de Nalanda, Shantarakshita, nous avons également adopté une approche logique. En plus de ses traités, nous avons traduit et étudié rigoureusement les travaux des grands logiciens indiens Dignaga et Dharmakirti.

Cette formation logique est la base sur laquelle j'ai pu échanger avec des scientifiques depuis de nombreuses années. Il y a, d'une part, des points de convergence entre la pensée bouddhiste ancienne et les découvertes de la physique quantique. D'autre part, les scientifiques commencent à porter un intérêt au fonctionnement de l'esprit et des émotions.

Aujourd'hui, sur cette planète, nous sommes confrontés à de nombreux problèmes dérivés de la colère, de la jalousie et de la peur. Les technologies d'armes, comme les armes nucléaires, que nous avons mises au point grâce à notre intelligence, sont une menace pour la paix. Cependant, de plus en plus de personnes soutiennent des mouvements visant non seulement à éliminer les armes nucléaires, mais aussi à parvenir à une démilitarisation mondiale totale. Les gens accordent de la valeur à la perspective d'une paix mondiale mais rien n'en sortira de bon à moins que nous développions, au niveau de chaque individu, la paix de l’esprit en notre for intérieur. Nous appartenons tous à la société humaine et nous devons apprendre à y contribuer et à vivre ensemble. »

Qui sont les moines et les moniales de la FPMT ?

« Lorsque vous restez laïc, il y a de nombreuses interruptions dans votre pratique du Dharma. Si vous prenez l’ordination, contrairement à la vie d'un laïc, vous avez de plus grandes opportunités de vous engager dans la pratique du Dharma. Par conséquent, appréciez le choix de vie des êtres ordonnés et les qualités des êtres ordonnés. » SS Le Dalaï-Lama

 

L’Institut International Mahayana (International Mahayana Institute - IMI) est une communauté de moines et de moniales de La Fondation pour la Préservation de la Tradition du Mahayana (Foundation for the Preservation of the Mahayana Tradition - FPMT). L’IMI a été établi en 1973 par Lama Thubten Yeshe, et le directeur spirituel actuel en est Lama Zopa RinpochélA COMMUNAUTE MONASTIQUE o

L’IMI se doit de préserver l’unique lignée de Lama Tsong Khapa intégrant étude et pratique, comme le manifestent ses maîtres SS le Dalaï-Lama, Lama Zopa Rinpoché et  Lama Yeshe. 

On retrouve moines et moniales de la communauté IMI un peu partout dans le monde. Chacun s’adapte aux cultures et aux conditions variées de son lieu de vie. En général, la communauté est formée d’enseignants ou d’étudiants de Sa Sainteté le Dalaï-Lama, de Lama Zopa Rinpoché ou du mandala de la FPMT. Certains des membres de l’IMI résident ou travaillent dans un centre FPMT.

Au sein de la communauté IMI se trouve un nombre croissant d'anciens aux longues années d'expérience dans les vœux. Certains moines ou moniales sont des enseignants qualifiés et expérimentés, et d'autres poursuivent leurs études dans divers programmes de philosophie bouddhiste. Par ailleurs, ils peuvent aussi être des méditants en retraite ou servir des pratiquants bouddhistes en tant que dirigeants de retraite, directeurs de centre, coordinateurs de programmes spirituels pour des projets FPMT ou dans une communauté FPMT.

Un monastère pour moines nommé Nalanda et un monastère pour moniales du nom de Dorge Pamo se trouvent dans le sud-ouest de la France.

L'IMI accueille celles et ceux qui ont été ordonnés moines ou moniales bouddhistes de différentes manières : ordination complète (gelong / gelongma),  ordination de novice (getsul / getsulma) ou ordination préparatoire (rabjoung).

Devenir moine ou moniale bouddhiste, c’est rejoindre la communauté du Sangha dont le but est d’étudier, pratiquer, préserver et partager les enseignements du Bouddha.

La philosophie bouddhiste et le Vinaya (le recueil des règles monastiques) servent de base d’apprentissage au développement spirituel du Sangha et le guident avec des valeurs d’éthique, de tolérance, de compassion et de sagesse.

Le centre Kalachakra accueille un moine et une moniale, la vénérable Élisabeth et le vénérable Deunyeu, respectivement enseignante-directrice et enseignant-trésorier.

Le billet de la directrice

venerable elisabeth

 

L'année 2020 s'achève avec son lot de bouleversements, et l'arrivée du vaccin fonde de grands espoirs pour que la pandémie s'arrête enfin. Au Centre Kalachakra nous n’ouvrons que le week-end, du fait du couvre-feu en vigueur. Nous espérons reprendre un cours normal dès le mois de janvier, tout en intégrant les outils de visioconférence que cette incroyable année 2020 nous a apportés. Tout cela pour mieux vous servir.

 

 Le programme des retraites de printemps-été à Saint-Cosme est déjà en préparation !

MARS

-> Du 12 au 28 mars est organisée une retraite du Gourou yoga du tantra de Kalachakra.

AVRIL

-> Du 1er au 4 avril nous avons l'honneur de recevoir Paula Chichester, enseignante mondialement connue. Elle nous introduira à la pratique du tantra et notamment celle de Tara verte. 

-> Du 16 au 23 avril se déroule une retraite de calme mental avec François.

-> Du 17 au 24 avril aura lieu une retraite de vipassana. 

MAI

-> Lors du week-end du 7 au 9 mai, François animera une retraite sur la joie, et Véronique une retraite sur Tara verte.

-> Du 21 au 26 mai à l’occasion de la Pentecôte, nous accueillerons Virginie avec une retraite de pleine conscience, ainsi que le vénérable Deunyeu pour son traditionnel rendez-vous avec Vajrasattva. 

JUIN

-> Du 11 au 13 juin, notre cher Dr Hugues animera une retraite sur le stress et les émotions perturbatrices. 

JUILLET / AOÛT 

-> L'été sera prometteur, car nous accueillerons le vénérable Olivier avec une retraite sur le soutra de Tathâgatagarba, du 3 au 9 juillet. 

-> Du 12 au 18 juillet aura lieu la traditionnelle retraite sur la voie graduée vers l'éveil avec François.

-> Isabelle Sherpa, la nièce de Lama Zopa Rinpoché, animera du 22 au 25 juillet un atelier de Lu-Jong.

-> Une retraite vipassana se tiendra du 29 juillet au 5 août, et une retraite mahamoudra du 6 au 11 août. 

-> Gueshé Dakpa Tsoundou animera du 14 au 19 août la traditionnelle retraite du Peba. Elle sera suivie par une retraite de calme mental avec le vénérable Jinpa du 21 au 29 août.

J'espère que ce programme répondra à vos attentes. Notre équipe est prête à vous accueillir dans chacun de nos espaces de pratique.

Élisabeth

Programme de décembre 2020 et janvier 2021

Programme janvier

Ma première pratique de Vajrasattva, par Franck

C’était il y a à peine trois ans. Autrement dit, il y a un siècle, quand je vois le chemin parcouru. Je me suis assis pour la première fois au sein d’un petit comité rempli de bouddhistes d'une école différente des Guéloug, et que je venais officiellement d’intégrer en tant qu’étudiant. La première chose que j’y entendis furent ces mots : “Om Vajrasattva Samaya Manoupalaya…” Ils s’achevèrent au bout de cent syllabes et se réBuddha Weekly Vajrasattvas Purifying Light Buddhismpétèrent à deux reprises.

Bienvenue dans le bouddhisme tibétain ! Ces premiers sons chantés m’envoutèrent et m’entraînèrent dans un grand émoi. Qu’est-ce donc que ce mantra qui n’en finit pas ? Que représentent donc ces fameux “Ha ha ha ha ho” qui lui sont si caractéristiques ?

- Pourrais-je le réciter moi aussi ?

- Certainement pas pour l’instant. Tu n’as pas le niveau. Patience.

Nous étions en mars 2018. Je devrai attendre de quitter ce centre, et intégrer le Centre Kalachakra de l’école Guéloug pour pouvoir le réciter sans pré-requis, car ici nous n’avons pas besoin de transmission pour pratiquer le mantra de Vajrasattva.

Le dimanche 1er octobre dernier a donc eu lieu une pratique de Vajrasattva animée par Elio.

Vajrasattva (Dorje Sempa en tibétain) est une des plus importantes déités du bouddhisme tibétain. Il est considéré comme le purificateur du karma.

Notre quotidien est fait de souffrances, de petits agacements jusqu'aux grandes douleurs. Ceci est le fait de la maturation de tous les karmas négatifs que nous avons produits, à la fois dans cette vie et dans nos précédentes vies. Ils sont tellement lourds à porter que nos efforts à penser, parler et agir vertueusement risquent d’être très insuffisants pour nous faire sortir du samsara ! 

La pratique de Vajrasattva est basée sur la purification et la confession. Elle nous aide à purifier notre karma négatif et à faciliter le développement d’actions dites vertueuses.

Pédagogue hors pair, extrêmement doux et patient, Elio a présenté la pratique pendant les 60 premières minutes, puis est venue la pratique proprement dite. Visualisation, confession, récitation, et je l’espère, purification !

Bon d’accord, je vais essayer de mieux me comporter maintenant. Beaucoup de boulot en perspective certes, mais l’essentiel est d’être sincère et motivé, n’est-ce pas ?

Franck